Travailler derrière un écran :

privilégiez les changements d’activité et les pauses

 

Toute une journée de travail derrière un poste informatique de travail n’est pas vraiment une activité « naturelle », ni souhaitable. Le travail sur écran, c’est d’abord des risques sérieux : TMS (Troubles musculosquelettiques), fatigue visuelle, stress, … qu’il convient de prendre en compte. Il est primordial d’aménager des changements d’activité et des pauses régulièrement.

Des pauses fréquentes mais courtes sont plus efficaces que des pauses rares mais longues, surtout si elles sont prises avant l’installation de la fatigue.

nous signifie clairement Rémi AMATE, ostéopathe à Bordeaux.

Changements d’activité et pauses : les pratiques efficaces

L’idéal serait d’avoir un travail qui alterne travail sur écran et autre activité. Par exemple le freelance publicitaire devrait réfléchir à aménager son temps de travail selon le modèle :
• matin : travail d’exécution / création
• après-midi : commercial / rendez-vous / prospection

Comme en témoigne Claude CAZEMAJOUR, publicitaire indépendant au sein de l’agence de publicité CHOCOLAT NOIR :

Optimiser ses pauses c’est être plus rentable car beaucoup plus efficace !

D’abord il faut se connaître … Je sais par exemple que certains travaux sont vraiment irréalisables après ma pause déjeuner : je mets parfois 1 heure à concevoir une maquette que j’aurais bouclée en 15 minutes le matin. C’est laborieux, long, et vraiment impropre à la création. Je réserve donc mes après-déjeuners aux déplacements commerciaux ou je fais carrément autre chose : jardinage, sport, rangement, classement (sauvegarde), …

De même, si vous avez une activité dite « statique » derrière une machine, vous gagneriez énormément à pratiquer une activité physique régulière complémentaire. Comme le signale le coach sportif Bordeaux Bernard CAYOL :

Outre ses qualités humaines et ses valeurs de performances et de réussite, le sport est un moyen efficace de rompre avec le quotidien trop sédentaire des travailleurs actuels. Vous apprenez à vous connaître, à mesurer et à doser l’effort, à vous dépasser parfois et surtout vous évacuez stress et tensions professionnelles.

Si vous êtes salarié, nous vous invitons à consulter la réglementation en place :

Changement d’activité : le cadre légal

• Le chef d’entreprise à l’obligation de prévoir des changements d’activité pour les salariés travaillant plus de 4 heures consécutives sur écran de visualisation. Par changement d’activité on entend toute tâche, en rapport avec celle confiées habituellement au salarié, ne nécessitant pas d’ordinateur (classement, réunion, déplacement extérieur, préparation de dossier, photocopies, etc.)
• Les changements d’activité permettent de diversifier les sollicitations posturales et visuelles auxquelles sont soumis les salariés
• Un travail intermittent sur écran, qui par nature comprend des changements d’activité, ne nécessitera pas, sauf exception, de pause spécifique
• Si la nature de la tâche ne permet aucun changement d’activité (graphistes, maquettistes, opérateurs de saisie, secrétariat informatique, etc.) le chef d’entreprise est tenu d’aménager des pauses régulières

Pause au travail : ce que dit la loi

• La pause peut être définie comme une interruption de travail, un temps de repos déterminé, une période d’inactivité, etc. La pause doit permettre aussi un repos des mécanismes d’accommodation et de convergence des yeux sollicités pendant le travail ainsi que des muscles sollicités par la posture. Les pauses sont considérées comme du temps de travail
• A noter : les temps d’attente qui imposent la surveillance de l’écran ne sont pas des pauses
• Pour les activités de saisie, caractérisées par une forte contrainte visuelle et posturale, ainsi que par la répétitivité et l’uniformité des opérations, il est recommandé de prendre une pause d’au moins 5 minutes après environ 45 minutes de travail sur écran
• Lorsque le travail de saisie est intensif et soumis à des contraintes temporelles (délais impartis, productivité…) il est préférable que l’interruption soit d’au moins 10 minutes toutes les 45 mn
• Pour les tâches conversationnelles (traitement de texte, tableur, recherches Internet, lecture sur écran, etc.), moins astreignantes que les tâches de saisie, la pause active sera d’au moins 15 minutes après environ 2 heures consécutives de travail sur écran
• Pour les tâches d’acquisition de données (secrétaire, maquettiste, informaticien, opérateur Web…), selon la charge de travail, le régime de pause préconisé est celui soit de la saisie, soit du mode conversationnel et se décide en fonction de la nature même des tâches, de leur durée, et des contraintes imposées au salarié
• Pour les tâches créatives qui comportent une charge mentale importante mais aussi une grande autonomie (designer 2D-3D, graphiste, programmeur, webmaster…), l’appréciation des pauses se fait en fonction de la durée et de la charge de travail, et doit être au minimum de 15 mn toutes les 2 heures consécutives
• Le salarié doit quitter son poste de travail et bouger durant les pauses

Source INRS : Ecrans de visualisation, santé et ergonomie
Efficience Santé au Travail et le docteur Frank Dupraz (Janvier 2011)
Rémi AMATE – ostéopathe Bordeaux
Bernard CAYOL – coach sportif Bordeaux

Partage réseaux sociaux
Share on FacebookShare on Google+Tweet about this on TwitterShare on LinkedIn